12-08-2016

Brasileirinho, un petit coin de Brésil à Paris

Non loin des Batignolles, le Brasileirinho (noté 8,7/10 sur La Fourchette) veut séduire les papilles des clients avec les saveurs des spécialités brésiliennes. Et ça commence dans la salle : Yuri, le serveur, parle avec un accent chantant qui ne trompe pas. En cuisine aussi le personnel est made in Brazil. Cette authenticité revendiquée se retrouvera-t-elle également dans l’assiette ? Réponse d’après l’expérience de deux de nos utilisateurs, Marine et Julien.

Deco BrasileirinhoDécor

Sur les photos, l’endroit semble un peu kitsch. En situation, même si Marine concède qu’elle ne choisirait pas une immense photo de Rio et des murs bleus vif pour son salon, elle trouve l’endroit « plutôt sympa avec les bibelots brésiliens. » En fond musical, de la musique typique de là-bas, Jorge Ben Jor indique le serveur à Julien qui définit l’endroit comme « simple et pas prétentieux. »

Cuisine

Malgré une carte que certains pourraient trouver « restreinte » comme le note Marine, il y a le choix. Pour elle, ce sera casquinha de caranguejo (crabe farci gratiné) en entrée, moqueca de peixe en plat et flan coco (mamjar) pour le dessert. De son côté, Julien opte pour une entrée et un dessert différents : beignets de morue et sorbet mangue.

« La présentation est sobre, mais ça à l’air bon ! », informe Marine quand les entrées arrivent. Son crabe farci est « gourmand », et les beignets de Julien « envoient, sans être trop gras ». Ils ont accompagné le tout d’une caïpirinha typique de Rio : « c’est la même qu’ailleurs au Brésil, seules les quantités changent… C’est un peu plus fort », indique Yuri. Le regard pétillant des convives ne trompe pas quand à l’appréciation du cocktail. « Elle est très bonne », assure Julien.Casquinha

Le plat de résistance fait alors son apparition, la moqueca est présentée avec soin mais sans chichis et semble « copieuse », affirme Marine. « On se sent comme à la maison », ajoute Julien qui apprécie le sucré salé peu prononcé du poisson avec le riz, la banane et la sauce douce. Pour son dessert, il trouvera le sorbet « sans intérêt particulier, mais qui passe bien en fin de repas. » De son côté, Marine sera plus emballée par son mamjar « qui est à mi chemin entre un flan et un blanc manger. La texture est crémeuse, peu sucrée avec des morceaux de coco râpée. »

Service

L’établissement reste constant en tous points avec un serveur « de bon conseil », analyse Marine, et qui répond volontiers aux questions sur la culture brésilienne. A la table d’à côté on lui demandera s’il est possible de changer le poisson par du poulet dans la moqueca et, après un rapide tour en cuisine, il confirmera le changement. Rien à redire donc.

Flan brésilien

Alors ?

Le Brasileirinho est un « petit brésilien » (traduction donnée par la chef, ndlr) qui fait dans la simplicité et sert une cuisine traditionnelle charmante idéale pour une sortie exotique sans prétention. Au final, « ça donne envie de manger brésilien plus souvent », conclut Julien.