06-07-2016

Sélim Niederhoffer : « Le resto japonais pour un date c’est dangereux »

« Une révélation », voilà comment Sélim Niederhoffer explique sa rencontre avec la cuisine japonaise. Ce blogueur lifestyle et coach en séduction avait alors 22 ans et venait de débarquer à Paris. Depuis, il ne cesse d’explorer la richesse de cette gastronomie avec style et humour, à son image.

Comment as-tu découvert la cuisine japonaise ?

Plus jeune, j’étais un gros geek, je lisais beaucoup de mangas et de séries animées. Les personnages partent à l’école avec leur bento, on voit comment ils mangent pour de vrai… Ce n’est pas que du sushi « de base ». J’ai été élevé par Sangoku. Toute mon enfance je l’ai vu passer son temps à s’empiffrer de bols de riz dans Dragon Ball Z ! Ca c’est le côté bourratif de la nourriture japonaise, mais il y a tellement plus de diversité.

Quels sont justement tes mets favoris ?

J’adore le riz, alors naturellement j’aime les fondamentaux comme les sushis et les makis. Mais je suis surtout un grand fan de tataki. Que ce soit de thon ou de bœuf, avec quelques grains de sel et de la sauce, cette alliance du cru et du cuit c’est de la folie. L’aspect raffiné de la gastronomie nippone me plait, mais j’apprécie aussi la simplicité et l’authenticité d’une bonne soupe de ramen qui te rassasie pour pas cher !

Le prix d’un restaurant, c’est un facteur important pour toi ?

Evidemment. C’est pour ça que lorsque je ne fais pas les choses à l’arrache, j’aime bien réserver sur La Fourchette pour une soirée entre potes. Quand on peut se faire plaisir et économiser quelques euros c’est toujours bien. Dans les japonais l’avantage c’est que tu as en pour toutes les bourses selon le type de mets. Tu peux en avoir pour 15/20€ comme pour 60/80€ ! Surtout si, comme moi, tu n’aimes pas trop le saké ou la bière et préfère le whisky japonais.

En tant qu’expert en séduction, que penses-tu de l’option « jap » pour un date ?

Que le mec qui propose ça, surtout pour un premier date, n’a pas peur ! Faut une bonne dose de confiance en soi et d’humour. C’est relativement dangereux. Le japonais c’est très « slurp » et bruits de bouche, en plus t’as une chance sur deux que tes nouilles s’effondrent et t’éclaboussent. Ca a plus un côté « lol » qu’un côté « séduction », même s’il existe quelques pépites stylées où emmener ta promise…

As-tu une bonne adresse à partager ?

Le Benkay Teppan-Yaki de l’hôtel Novotel Tour Eiffel. Il faut passer outre le bâtiment extérieur, mais la vue sur Paris est absolument magnifique et le cuisto fait tout devant toi ! Tu es au plus près de ta food, même si tu sens un peu le graillon après (rires). Il y a pas mal de restaurants japonais qui font la cuisine devant toi et je trouve que ça change ton rapport à ta nourriture. C’est difficile à expliquer, mais disons que c’est plus réel. Et puis c’est là que tu te rends compte que c’est un art, les cuisiniers sont concentrés et parfois ils t’expliquent ce qu’ils font.